Les idées reçues sur l’Apprentissage

Apprentissage = voie de garage pour les mauvais élèves

fauxL'Apprentissage s'adresse avant tout à des jeunes motivés, attirés par le monde de l'entreprise et prêts à s'investir à 100 % !

En contrat d'apprentissage comme en contrat de professionnalisation, il faut en effet s'attendre à travailler beaucoup. Contrepartie non négligeable de ces efforts, les jeunes ne paient pas leur formation et touchent un salaire qui permet de goûter à un début d'autonomie financière.

 

L'Apprentissage, c'est uniquement pour les métiers manuels

fauxAutrefois, on apprenait son métier en travaillant aux côtés d'un maître qui transmettait son savoir-faire et sa technique. Quand l'apprentissage s'est institutionnalisé, dans les années 30, il était effectivement réservé aux métiers manuels. Mais en 1987, il s'est ouvert aux diplômes de l'enseignement supérieur, accélérant ainsi l'extension de ce mode de formation aux métiers "non manuels". Aujourd'hui, on peut donc devenir commercial, chargé de recrutement, éducateur spécialisé, informaticien ou ingénieur en passant par une formation en alternance.

 

On ne peut préparer que des CAP, BEP et Bacs pros

fauxDepuis le CAP jusqu'aux diplômes des grandes écoles d'ingénieurs et de management, la majorité des diplômes technologiques et professionnels de l'Éducation nationale ainsi que la plupart des titres et diplômes délivrés par les ministères de l'Agriculture, des Sports, de la Santé, et les chambres consulaires sont accessibles par la voie de l'Apprentissage et de l'Alternance.

Aujourd'hui, 20 % des diplômes préparés en apprentissage concernent des filières du supérieur... contre 17 % en 2005 et 6 % en 1994.

En revanche, impossible de suivre par ce biais, à l'heure actuelle, des études de droit (magistrature, études d'avocat), de médecine, de pharmacie, ni des enseignements fondamentaux (études de lettres, d'histoire, etc.). Idem pour les classes préparatoires aux différents concours (grandes écoles, écoles paramédicales et médicales).

 

Une formation par Apprentissage, c'est tout gratuit

vrai_fauxLes frais de scolarité sont entièrement pris en charge par l'employeur et l'État. Par ailleurs, tous les apprentis disposent d'une carte d'étudiant qui offre les mêmes avantages que celle de leurs camarades en filière classique.

Cependant, le matériel nécessaire à certaines formations est à la charge des jeunes. Et la facture peut être élevée dans certaines professions (restauration ou coiffure par exemple).

 

Un apprenti n'a pas de vacances

fauxIl a des congés payés qui sont accordés, sans condition d'ancienneté, jusqu'à 21 ans. Passé cet âge, il faudra avoir accumulé 1 an d'ancienneté dans l'entreprise avant de pouvoir bénéficier de vacances. Le temps peut sembler long, mais les règles sont les mêmes pour tout salarié qui débute dans un nouvel emploi et un contrat d'Apprentissage est un contrat de travail.